A L’ATTAQUE DES ALGUES VERTES EN PAYS BRETON !      

Algue Verte   

Un peu d’Histoire ….

L’apparition et la prolifération des algues vertes a commencé dans les années 1970 sur les Côtes bretonnes et perdure chaque année d’Avril à Septembre. Au fil des années, l’ampleur du phénomène de l’échouage de l’algue Ulva armoricana est malheureusement catégorisée marée verte à endiguer, mobilisant ainsi matériel et hommes et représentant un coup économique lourd pour la Région.

Quel est le mécanisme de la prolifération des algues pour quels dommages ?

Elle provient de l’excès de certains minéraux dont l’azote et le phosphore drainés par les cours d’eaux, provenant essentiellement de l’élevage et de la production agricole, et venant stagner dans les anses et abris côtiers de Bretagne où les algues vertes trouvent leur nutriment.
Puis, les algues se décomposent, libérant une forte odeur d’œuf pourri et produisant un gaz très toxique : l’hydrogène sulfuré. Ce gaz porte atteinte à l’homme sous forme de gêne pouvant aller jusqu'à un malaise, plus ou moins sérieux selon la fragilité de celui-ci. Les animaux peuvent être plus durement touchés, des chiens, chevaux et sangliers ont été retrouvés sans vie.

Algue Verte

Quelles solutions ?

La solution semblerait évidente : il faut affamer les algues vertes donc agir sur la production agricole et l’utilisation d’engrais beaucoup moins agressifs ainsi que la réduction des troupeaux et de leurs déjections très polluantes. Tout un travail a été initialisé avec les instances régionales et les agriculteurs, afin de diminuer cette pollution en leur donnant les moyens financiers de reconversion ou d’installation nouvelles pratiques. Le nettoyage systématique des zones atteintes complète le processus de réduction de ces algues.
De plus, l’installation de capteurs d’hydrogène aux abords de baies ou anses squattées par ces algues vertes ont été installés sur une douzaine de sites. Ils mesurent le taux d’hydrogène sulfuré afin d’alerter les collectivités territoriales qui prendront ainsi les mesures adéquates afin de rendre le site contaminé “sain”, avec : collecte des algues et informations et restrictions d’accès aux plages.
De même, le site internet Air Breizh mis en place par une Association agréée par l’Etat enregistre également les résultats de ces capteurs et consultables par tous.

Algue Verte

Quels sont les sites des installations de ces capteurs d’hydrogène sulfurés ?

A ce jour, 12 sites ont été choisis afin d’installer ces capteurs allant des Côtes d’Armor au Finistère. Du Sud au Nord, ils sont visibles sur les Communes de :

  • Plonévez-Porzay : sur la Plage de saint-Anne-la-Palude,
  • Guissenny : Plage de Dibennou,
  • Poulegueguen : à Santec dans l’anse,
  • Loquirec : Plage du Fond de la Baie,
  • Saint-Michel-en-Grève : au niveau de l’embouchure du Roscoat,
  • Bicnic : Plage de l’Avant-port,
  • Plérin : au port du Légué,
  • Saint-Brieu : Plage du Valais,
  • Hillion : Plage de Saint-Gaumond et
  • Hillion : Page de l’Hotellerie,
  • Lamballe : Plage de Saint-Maurice,
  • Matignon : PLages des Salines.

Pour quel avenir ?

Il s’annonce difficile cette année 2022, nous informe le Sous-Préfet de la région, avec une prolifération importante malheureusement prévisible. Le changement climatique est sûrement un des facteurs aggravant de la situation.
De plus, un bateau spécialement conçu et construit pour le ramassage de ces algues vertes, devrait être mis en eau fin-Juillet / début-Août 2022, opérant en baies de Saint-Brieuc et la Fresnaye.
Et enfin, la PLAV ou Plan de Lutte contre la prolifération des Algues Vertes est prolongé de 2022 à 2027 pour lequel l’Agence Eau Loire-Bretagne faisant partie du Ministère de l’écologie alloue 10 millions d’euros sur 3 ans à ce sujet dans le cadre des contrats territoriaux.
De même, le taux de contractualisation des Agriculteurs pourrait passer de 10% à 40% d’ici à 3 ans. L’Etat et ses instances régionales semblent vouloir prendre le problème à bras le corps !

Algue Verte

En résumé, les bretons ainsi que les touristes voient enfin des solutions mis en place pour la réduction, puis l’élimination de cette marée verte des algues Ulva armoricana qui gâchent son environnement, et plus particulièrement ses baies et anses si paisibles et dépaysantes. Les capteurs veillent ! 

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Egalement à lire